Revalorisation des retraites: Taux d'augmentation, Mode de calcul,Réformes... Que prévoit Emmanuel Macron pour vos  retraites en cette fin d'année ?  Nos experts retraite vous répondent .

UNE AUGMENTATION DE 1 % DES PENSIONS DE BASE PREVUE EN OCTOBRE 2017

La Commission des comptes de la Sécurité sociale a annoncé que les pensions de base devraient augmenter d’environ 1 % en octobre 2017 grâce à la reprise de l'inflation. Cette revalorisation, si elle se concrétise, sera la plus significative depuis avril 2013.

Pour un retraité qui perçoit une pension de base mensuelle de 1200 euros, cette hausse devrait être de 10.8 euros par mois, soit 129.6 euros par an.

Cette revalorisation annuelle sera appliquée à la quasi-totalité des pensions de base sauf à celles des avocats, réévaluées au 1er janvier. L’Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA, ex-minimum vieillesse), n’est également pas concernée parce qu’elle n’est revalorisée qu’au 1er avril.

Attention toutefois, l’éventuelle revalorisation ne devant s’appliquer qu’à compter d’octobre, elle ne jouera que sur trois mois au titre de 2017. Ainsi, avec +0,9%, la pension annuelle de 2017 n’augmenterait que de 0,225% par rapport à celle de 2016.

QUEL EST LE MODE DE CALCUL DE REVALORISATION DES RETRAITES ?

Le montant d'une retraite est calculé au moment du départ en retraite, en tenant notamment compte du salaire annuel moyen perçu par le retraité lors de son activité. Cette somme ne reste pas indéfiniment fixe mais au contraire régulièrement augmenté jusqu'au décès du retraité.

Les pensions versées aux retraités sont ainsi revalorisées tous les ans à partir d'un calcul effectué en fonction des prévisions d'inflation. Le principe est simple : lorsque les prix augmentent, les retraites augmentent dans les mêmes proportions, et ce afin que les retraités puissent conserver leur pouvoir d'achat au fil des ans.

Rappelons que depuis l’an dernier (2016), la règle a changé. Auparavant, les calculs étaient basés sur la prévision d’inflation pour l’année en cours. Problème, ceci nécessitait des ajustements a posteriori, les projections correspondant rarement à l’inflation réellement constatée. C’est par exemple ce qui a été observé en 2014. La hausse théorique des pensions (+0,5%) a été complètement absorbée par la régularisation opérée au titre de 2013 (année pour laquelle le gouvernement avait surestimé l’inflation de 0,5 point).

 UNE AUGMENTATION DES PENSIONS QUI RESTE RELATIVE ….

Cette revalorisation des pensions après 4 ans de gel est une bouffée d’oxygène même s’il est important de rappeler que cette revalorisation sera loin de compenser la perte de pouvoir d’achat subie par les retraités concernés par la hausse de la CSG. En 2018, le gouvernement prévoit de faire passer le taux plein de 6,6% à 8,3% sur les pensions.

Quand bien même les retraités dont les revenus annuels sont inférieurs à 10 996 € bénéficient d’un taux zéro, 60 % des retraités payant actuellement le taux plein de CSG vont être concernés par la hausse et verront donc la revalorisation de leur pension comme moindre.

Car si une une pension de 2.000 euros gagnera certes 18 euros en cas de revalorisation de 0,9%, dans le même temps, la hausse de CSG coûtera 35,50 euros de plus (revalorisation comprise).

POUR ALLER PLUS LOIN SUR LES REFORMES RETRAITES …

La revalorisation de la retraite n’est pas le seul dossier que le gouvernement actuel veut mettre à jour  en matière de retraite. Après sa réforme sur les régimes alignés en juillet dernier, le président macron s’attaque aux régimes spéciaux en mettant en place un régime unique, où les droits sont comptabilisés en points : une façon d'éliminer les régimes spéciaux et de mettre fin aux inégalités de traitement selon le statut ou le secteur.